(english below)

Nicholson est un projet pop créé par Nicolas Danglade durant les années 1990.

L’âge d’or de la pop baggy, du shoegazzing et de l’Acid Jazz, de l’explosion de la musique électronique et du hip-hop. Une véritable époque d’éclatement des styles et des frontières musicales. Nicolas est rejoint au début des années 2000 par Germain Courtot. Le duo Nicholson est autant un groupe de musiciens que de passionnés de musique : rock naissant, blues sombre, mersey beat, funk suave ou improbable, musique électronique en tout genre, pop anglaise, chanson française, musique de film.

Nicolas et Germain ont pris leur temps pour construire un univers musical marqué par le sacro-saint
triptyque de la pop-music : des mélodies, du rythme et des harmonies.
Nicholson sort sa première démo en avril 2003 et son premier album « Moderne » en juin 2006 sur son propre label Les Chroniques Sonores. L’accueil de « Moderne » est très positif : partenariat Férarock, compilation Indétendances de la Fnac. Les chroniques soulignent déjà la volonté du groupe de concilier textes et musique de qualité, tradition française de l’écriture et efficacité anglo-saxonne des arrangements.

Après avoir défendu sur scène « Moderne » (premières parties de JL.Murat, B.Biolay, P.Von Poehl, Fiesta des Suds à Marseille, Festival de la chanson D’Aix…), le duo a réalisé durant l’année 2007, 10 nouveaux titres, qui figurent sur « Les Rastas et les Punks ».
Il n’y a pourtant ni reggae, ni punk sur cet album. Il faut voir dans ce titre pirouette et accrocheur (un second degré à la Dutronc sans doute) un hommage à l’empreinte que ces figures de prou musicales de la fin des années 70 ont laissé sur la pop-music .

Nicholson garde des “rastas” l’esprit d’expérience, les découpages sonores, l’amour des instrumentaux et des ambiances sonores. Des “punks”, Nicholson revendique le Do It Yourself, l’esprit d’initiative. Le groupe a ainsi réalisé dans son micro studio marseillais l’ensemble des prises de son de l’album, a interprété tous les instruments (synthés vintages, rhodes, guitares, basse, écho à bande, …). Nicholson a également mixé son album, qui sort désormais sur son label.

En terme de style, si l’on est assez loin des grooves reggaes et des des guitares distordues, Nicholson, toujours soucieux de mixer subtilité et efficacité, s’affirme entre la chanson française d’Etienne Daho et la pop de Damon Albarn ou Air.

Le duo revendique l’héritage d’artistes français qui ont toujours voulu habiller la langue française d’une musique riche en arrangements. C’est d’ailleurs ici que le groupe assume l’influence gainsbourienne plutôt que dans la manière de chanter ou d’écrire des textes.

Nicholson essaie d’éviter les flon-flon conservateurs de la « nouvelle chanson française », et l’absence totale de finesse et subtilité de la scène rock post Noir Désir.
Nicholson, ayant choisi d’entièrement réaliser, enregistrer et mixer « Les Rastas et les Punks », se place également autant comme auteur/compositeur que comme producteur (cf Damon Albarn, B.Biolay, E.Daho).

 

Nicolas Danglade created Nicholson during the nineties, the golden age of baggy pop, shoegazzing, Acid Jazz and of the advent of electronic music and hip-hop. During this period, the boundaries between musical styles exploded. Nicolas is joined in the year 2000 by Germain Courtot.. Nicholson are musicians and music passionates : rock, dark blues, mersey beat, sweet or improbable funk, electronic music, pop music, chanson française, movie scores, all of this is mixed here.

Nicolas and Germain took their time to construct a musical universe centered around the holy triptych of pop music : melodies, rythms and harmonies.

”Moderne” their first record, was released in 2006 and received a very positive feedback. The reviews are praising the band’s abi lity to conceal quality lyrics and music, french traditional songwriting and english songcraft. Gilles Verlant, official Serge Gainsbourg biographer, praised the album to the skies.
After touring during 2007, the duo writes 10 new songs which will constitute their new record : « Les Rastas et les Punks ».

There is no reggae or punk on this release. The title is an hommage to the imprint leaved by those two styles of the end of the 70’s on pop-music.
From the rastas, Nicholson borrows the spirit of experience, the love of intrumental songs and sonic landscapes. From the punks, the do-it-yourself and the innovative spirit. The band home-recorded their album, played all the instruments (vintage synths, fender rhodes, bass, guitars, tape echos…) and mixed the album themselves.
In terms of musical style, even if the band is far from reggae grooves and distorted guitars, nicholson always mixes subtility and efficiency, somewhere between Etienne Daho’s french pop, Damon Albarn and Air.

The duo claims the legacy of french artists who always wanted to mix french language and luxurious arrangements, and it’s on this particular point that Nicholson can be compared to Serge Gainsbourg. As the band decided to record and mix their album themselves, they can also be compared to producers as Damon Albarn, Benjamin Biolay and Etienne Daho.

With twenty songs written between 2005 and 2007, Nicholson decided to gather all their songs on a new album, « French Flair ».
The album will be digitally released in january 2008. In « French flair », Nicholson are confirming their taste for cinematic ambiences, somewhere between Ennio Morricone, Air or Sebastien schuller.

%d blogueurs aiment cette page :